Grossesse et allaitement

Bien manger pendant l’allaitement

Pendant la grossesse, plusieurs femmes vont porter une attention particulière à leur alimentation pour s’assurer que la croissance du bébé soit optimale. Cependant, qu’en est-il une fois que la femme enceinte a accouché et allaite son bébé?

Durant le premier mois après l’accouchement, une perte de poids rapide, soit plus de 2 kg par mois, est déconseillée car cela pourrait diminuer la production de lait maternel. D’ailleurs, les besoins énergétiques de la femme allaitante sont environ 450 kcal de plus que les besoins avant la grossesse; ce qui représente, par exemple, une portion de plus de produit laitier, une portion de plus de féculent et une portion de plus de viande et substituts par jour. D’ailleurs, certaines études ont démontré qu’un apport alimentaire en dessous de 1500 kcal pourrait diminuer la production du lait maternel.

Rassurez-vous, vous n’aurez pas besoin de calculer votre apport calorique car votre corps vous donnera davantage le signal de la faim. Il faudra tout simplement être à l’écoute de son corps et s’assurer d’avoir ses 3 repas et collations dans la journée. Après le premier mois, une perte de poids graduel de l’ordre de 1 à 2 kg n’aura aucun effet néfaste sur la production du lait maternel.

D’autre part, le type de gras consommé dans l’alimentation de la mère a un impact direct sur la qualité de gras présent dans le lait maternel. Ainsi, en mettant l’emphase sur les bons gras trouvés dans l’huile d’olive, de canola, les noix et les poissons gras (saumon, sardine, truite, hareng et maquereau), ceci aidera au développement du cerveau du bébé.

À l’exception du café et de l’alcool, aucune restriction alimentaire n’est recommandée chez la femme allaitante à moins que le bébé souffre d’une allergie quelconque, dans lequel des cas, il serait important de consulter une nutritionniste. Vous pouvez nous contacter ici si vous avez des questions!