Saine alimentation

Tout savoir sur le nouveau Guide alimentaire canadien 2019

Le tant attendu nouveau guide alimentaire a finalement été dévoilé le 22 janvier 2019 pour enfin remplacer l’ancien guide datant de 2007 et qui était (très) désuet ! Alors quelles sont les nouvelles mises-à-jour du nouveau Guide ?

Fini les portions, place aux proportions des aliments

Vous rappelez vous de l’ancien Guide qui suggérait  des portions pour chaque groupe alimentaire pour chaque tranche d’âge ?

Eh bien maintenant, le nouveau concept ne parle plus de portions mais de proportions d’aliments afin de composer une assiette équilibrée. Idéalement, cette dernière devrait consister de la moitié de légumes et fruits,  d’un quart de produits céréaliers à grains entiers et le dernier quart d’aliments protéinés. Nous adhérons beaucoup à ce concept car c’est une approche qu’on préconise déjà dans notre pratique et cela permet de simplifier la notion de saine alimentation.

De plus, tout le monde à des besoins différents, ce qui veut dire que l’apport alimentaire varie d’une personne à une autre et nous ne pouvons pas prescrire à tout le monde la même portion de nourriture basée simplement sur un guide. De plus, en se fiant seulement sur les portions d’un guide, nous risquons de nous déconnecter de nos signaux de faim et satiété. Ainsi en misant plus sur les proportions, vous vous assurez d’une bonne qualité alimentaire tout en essayant de respecter vos signaux de faim et satiété qui sont les meilleurs indicateurs pour satisfaire vos besoins.

Les proportions peuvent toutefois rester des recommandations floues pour certaines personnes. C’est pour cela que les nutritionnistes demeurent les seuls experts qui peuvent calculer vos besoins et vous prescrire les portions nécessaires pour satisfaire vos besoins tout en vous enseignant l’écoute des signaux de faim et satiété. À faire attention : les proportions d’aliments sur l’assiette pour certains groupes de personnes (les jeunes enfants, les aînés, les athlètes et ceux avec certaines conditions médicales) peuvent être différentes de ceux de la population en générale.

La création du groupe alimentaire des aliments protéinés

L’ancien Guide mettait l’emphase sur quatre groupes :

(1) les légumes et fruits

(2) les produits céréaliers

(3) les produits laitiers

(4) les viandes et substituts

Désormais, les produits laitiers et les viandes et substituts ont été regroupés dans la même catégorie « d’aliments protéinés ».

Contrairement à ce qu’on peut entendre dans les médias, les produits laitiers ne sont pas à proscrire parce qu’ ils sont mauvais pour la santé. Bien au contraire, ils demeurent des aliments nutritifs.

Par contre, le nouveau guide mise sur la variété et sur le fait qu’on peut rencontrer ses besoins en calcium en consommant aussi des substituts de laits enrichis, certains légumes, tofu et les amandes.

De plus, le nouveau guide recommande de consommer plus de protéines végétales comme le soya, les légumineuses et les noix et graines. Basée sur les récentes études scientifiques, cela serait plus bénéfique non seulement pour la santé des humains mais aussi celle de la planète.

L’eau comme premier choix de breuvage pour l’hydratation

Dans le nouveau guide, on met de l’avant l’eau comme breuvage de choix pour s’hydrater au lieu des breuvages plus sucrées comme le jus. Effectivement les boissons sucrées contiennent souvent approximativement 25g de sucre par tasse de 250 ml, ce qui représente 6 cuillères à thé de sucre !

On parle du comportement alimentaire…enfin !

Pour la première fois, on parle non seulement de la qualité des aliments mais aussi comment manger.

Ainsi les nouvelles recommandations sont de savourer ses aliments, de cuisiner plus les repas à la maison, moins d’aliments transformés et de manger en compagnie d’autres personnes.

Toutes ces recommandations rejoignent notre philosophie qui est de miser sur le plaisir de manger !

Pour résumer, nous trouvons que ce Guide est assez complet et aborde l’alimentation d’une façon plus globale contrairement à l’ancien Guide. Par contre, il ne devrait pas être vu comme une prescription mais plutôt comme un outil éducatif pour avoir les bonnes bases d’une saine alimentation. Si vous voulez en savoir plus sur comment atteindre vos besoins basé sur votre réalité, n’hésitez pas à nous contacter.