Les troubles alimentaires

Les troubles alimentaires se caractérisent par des croyances, des attitudes et des comportements extrêmes à l’égard de la nourriture et du poids. Ce sont des troubles complexes et graves rencontrées principalement chez les filles mais aussi chez les garçons. Dans certains cas, ils peuvent entraîner des conséquences néfastes au niveau médical, psychologique, social et familial.

Voici quelques statistiques sur les troubles alimentaires:

  • Selon en sondage realisé en 2002, 1.5% des femmes canadiennes âgées entre 15 et 24 ans souffriraient d’un trouble alimentaire.
  • Selon le même sondage, 28% des filles  en secondaire 4 et 29% des filles en secondaire 5 ont eu recours à des tentatives de perte de poids et un comportement alimentaire malsain.
  • Les troubles alimentaires sont au troisième rang des maladies chroniques les plus commun chez la population adolescente (Société Canadienne de Pédiatrie).

L'hyperphagie boulimique

L’hyperphagie boulimique se caractérise par :

  • la prise alimentaire d’une quantité d’aliments nettement plus grande que ce que la plupart des gens mangeraient en une période de temps limitée (ex. en 1-2h)
  • un sentiment de perte de contrôle sur les aliments consommés pendant la crise (se sentir incapable d’arrêter de manger)

Ce trouble alimentaire se caractérise surtout par des épisodes de prises alimentaires excessives au point où la personne se sent vraiment très inconfortable. Elle a alors l’impression de perdre le contrôle des quantités ingérées, se sent généralement incapable de s’arrêter sur le moment et vit des sentiments de culpabilité et de honte. Contrairement à la boulimie, aucune méthode compensatoire n’est utilisée. La prise de poids est donc l’une des conséquences de ces comportements.

 

De l’aide de professionnels de la santé (nutritionnistes, psychologues, docteurs) spécialisés en troubles alimentaires est nécessaire pour pouvoir traiter ce trouble alimentaire.

Cessez votre combat avec la nourriture... Faites le premier pas afin d'alléger votre fardeau!

La boulimie

La personne atteinte de boulimie est prise dans un cycle où elle perd le contrôle dans son alimentation, suivi de comportements compensatoires qui visent à éliminer la nourriture absorbée. La personne ingère beaucoup d’aliments même lorsque son corps ne ressent plus la faim. La crise de boulimie peut procurer une sensation de refuge ou de réconfort, un soulagement temporaire à l’état de malaise intérieur, mais par la suite ces épisodes sont accompagnés d’une grande culpabilité, d’un dénigrement de soi et d’un malaise tant physique que psychologique.

Dans un certains sens, la boulimie est une maladie insinueuse et redoutable car le poids reste relativement normal. La maladie est plus difficile à détecter et peut demeurer secrète plus longtemps. Pourtant, ce trouble alimentaire peut être responsable de complications physiques très graves, pouvant même mener jusqu’à la mort. Donc, même si physiquement les signes sont moins apparents, il n’en demeure pas moins que la personne est souffrante et que sa santé est en jeu.

 

 

Quelles sont les méthodes compensatoires?

  • Vomissements
  • Utilisation de laxatifs ou de diurétiques
  • Activité physique en excès
  • Le jeûne

Remplacez vos sentiments de culpabilité, de perte de contrôle et de détresse par un sentiment de bien-être et de liberté. Faites le premier pas!

L'Anorexie Mentale

L’anorexie est une maladie dans laquelle le souci de minceur et les obsessions engendrent une perte de poids importante. La personne a généralement une peur intense de prendre du poids, ce qui entraîne des sensations de mal-être et de culpabilité. Elle vit aussi généralement une distorsion de son image corporelle. Elle se sent souvent « grosse » même si, dans la réalité, elle est bien en
dessous de son poids souhaitable.

IPlusieurs complications sur les plans social, physique et psychologique peuvent être reliées à cette problématique. Il est possible de retrouver, entre autres, de l’anxiété, de la dépression, des étourdissements et des pertes de conscience, de l’ostéoporose, et bien d’autres. Les personnes souffrant de ce trouble ont parfois tendance à s’isoler socialement. C’est une maladie grave qui, non traitée, peut mener vers la mort.

 L’arrêt du cycle menstruel ou le fait de n’avoir jamais eu de menstruations est l’un des principaux signes.

 

 

On distingue deux types d’anorexie

     1. Type restrictif :

  • La perte de poids est exclusivement obtenue par renoncement à des plats riches en calories et peut être souvent accompagné par une augmentation des activités physiques.

Ces restrictions peuvent se traduire par ces comportements alimentaires:

  • Restriction de certain groupe alimentaire, par exemple le gras et les féculents
  • Le calcul des calories
  • Sauter des repas

 

  2. Type boulimique

De nombreux sujets anorexiques n’ont pas la force de jeûner pendant de très longues périodes. Pour cette raison, après les crises boulimiques, des vomissements provoqués ou l’utilisation de laxatifs ou de diurétiques ou l’activité physique excessive leur permettent de perdre à nouveau du poids..

Rétablissez votre relation avec la nourriture et votre corps

Références

 

  • National Eating Disorder Information Centre (NEDIC), http://www.nedic.ca/know-facts/statistics
  • Government of Canada. (2006). The Human Face of Mental Health and Mental Illness in Canada 2006.
  • ANEB, http://anebquebec.com/troubles-alimentaires/lanorexie